Partagez | 


 

 
La mode et la culture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Fatality
avatar

PNJ
Messages : 34
Date d'inscription : 15/02/2016

MessageSujet: La mode et la culture   Sam 28 Mai - 18:25


Culture & mode



« You must suffer to be beautiful »


Introduction
Le Man's Land, grande Cité-État gouvernée depuis des lustres par les côtés les plus sombres de l'être humain, base ses fondements sur ce qu'autrefois tous avaient banni d'un commun accord de la société : Vanité, Force brute, Loi du Talion, Égoïsme, Violence. De cette société perverse, étrange fille du capitalisme, du fascisme et de l'américanisme d'autres époques, est née une culture à son image, où prends racine souffrance, exaltation totale de l'individu et du moi, outrage aux conventions des peuples d'autrefois.

Ainsi, dans cette grande Cité bâtie sur le sang et les entrailles des derniers reste d'humanité que la Terre aie pu porter, les conventions sociales sont bien différentes que ce que nous connaissons aujourd'hui. En voici ses fondements.

La culture au 23e siècle

La souffrance est considérée comme source de beauté et d'illumination. Dieu, Allah, Zeus, peut-importe comment il se faisait appeler autrefois, n'a-t-il pas permis des milliers de massacres outrageux durant la longue vie de l'humanité ? Les humains croyants de ce monde ont interprété tout autrement la mission divine et croient maintenant que la destruction et la vie ne font qu'un, et que leur dieu maintenant renommé Yame (prononcé ï-a-mé) ne les a créé que pour assouvir le besoin de violence de l'univers qu'il ne pouvait assumer lui-même, étant la représentation même de la création et de la vie. Il est maintenant dit dans les écrits des érudits religieux que les hommes ont été créés uniquement dans le but de créer l'équilibre, et donc d'apporter avec eux la part d'ombre du monde.
La religion est d'ailleurs plutôt importante au sein de la culture, même si très peu de temples et d'organisations religieuses existent au sein de la ville. L'image de ce dieu est plutôt une forme de doctrine modulant la façon de penser des gens et guidant les nouveaux tournant de ce monde détraqué.

Certains hérétiques subsistent tout de même, et parmi eux les gens ayant décidé de conserver les anciennes religions d'autrefois ou tout simplement les athées, mais ils sont très peu nombreux et souvent font profil bas au sein de la société car diverger d'opinion sur ce sujet est très mal vu par la population.
 
D'ailleurs, étrange et peu-être seul revers positif de ce retournement de situation et de mode de pensée, l'idée que les animaux doivent être soumis à l'humain est maintenant rejetée. Ainsi, sous leur forme naturelle, ils sont maintenant considérés comme des égaux de l'être humain et beaucoup parmi les dogs partagent leur vie avec un compagnon animal : chien, chat, chouette ou corbeau apprivoisé, rat.. etc. qui est considéré comme leur animal spirituel, une vraie représentation de leur âme et leur personnalité la plus profonde. D'autres préfèrent ne pas s'encombrer d'une bouche de plus à nourrir et ne possèdent avec eux qu'un bijou à l'effigie de leur animal totem, ou d'autres, plus extrémistes, vont jusqu'à subir des modifications corporelles pour ressembler à cet animal, tel que l'implantation d'ailes fonctionnelles ou d'oreilles et de queues de chat, par-exemple.

Côté ironique de cette nouvelle adoration pour les animaux, l'apparition des Vivamus, ces animaux modifiés pour devenir de vraies machines bio mécaniques, ne semble poser aucune question éthique à leur détenteur, car ces derniers sont maintenant reconnus au nom de machines et non d'êtres vivants.

La force mentale et physique est très reconnue et appréciée chez les dogs, et redéfinit le sens du mot et des critères de beauté.

Chez les hommes autant que chez les femmes, une grande taille, une bonne musculature et de nombreuses cicatrices, brûlures, ou marques témoignant de batailles ou d'épreuves physiques endurées est considéré comme irrésistible. Une taille trop fine ou un poids trop léger laisserait sous-entendre une incapacité à s'affirmer et survivre seul et feraient de vous une personne cible de premier choix à l'intimidation et la domination des autres. Un surplus de poids laisse sous-entendre que vous êtes bien nourris et donc riche, ce qui peut autant jouer en votre faveur que votre défaveur. Cible préférée des voleurs et des brutes, si vous ne semblez pas assez en forme ou trop empoté pour vous défendre, certains pourraient essayer de profiter de vous. D'un autre côté, si vous avez imposé votre respect ou que vous avez un bon réseau, cela pourrait laisser entendre que vous êtes puissant et qu'il vaux mieux ne pas vous embêter.

Les tatouages traditionnels, à l'encre, sont considérés comme un rite de passage après une épreuve importante remportée, souvent d'ordre émotionnel, mais elle peut également être d'ordre politique, de rapport de dominance entre deux individus... N'importe quel victoire personnelle est marquée à même la peau par un dessin qui représente bien la personne qui le porte.  

Les tatouages dit « de nouvelle génération », soit les tatouages mouvants ou encore fluorescents, sont purement d'ordre décoratif ou représentatif de son appartenance à un gang ou une organisation politique particulière, comme Le Gouvernement ou le RAE qui possèdent tous leurs tatouages reconnaissables respectifs.

Les piercings ont une belle place dans les critères de beauté car ils sont considérés comme une marque d'acceptation de la souffrance.

Il y a deux branches d'éducation des enfants; La première et la plus importante, l'éducation à la  «spartiate», autrement dit, les habituer très tôt à être forts et sans pitié. Les rejetons trop faibles sont remis à la Communauté scientifique qui les élèvera chez eux (deuxième branche d'éducation) et qui les formerons à devenir de petit intellectuels, tandis que les enfants qui performent le mieux dans la première branche d'éducation seront remis au RAE afin de servir de nouveau sang au clonage et de devenir soldat. Un test d'aptitudes est demandé dans chaque cas avant l'inscription de l'enfant à l'une ou l'autre des communautés.

L'originalité est très bien vue au sein des dogs et ainsi, la mode fluctue très souvent bien qu'elle soit toujours dirigée par une certaine admiration de la souffrance et de la violence.

La mode chez les 3e classe
Les citoyens de troisième classe sont réputés pour reprendre et réadapter les vieilles modes des siècles derniers, en particulier les courants punk, grunge et metal ou tout ce qui s'y rapproche. Ayant peu d'argent et les vêtements étant plutôt simples à confectionner ou à se procurer pour de très bons prix, il s'agit de la solution la plus aisée pour eux, d'autant plus qu'ils ne perdent pas de points au niveau de l'originalité; Il faut penser qu'au 23e siècle, reprendre des modes aussi anciennes est très osé. Les scarifications sont aussi très populaires chez cette classe, parfois faisant office de tatouages si l'argent manque pour un tatouage à l'encre.


La mode chez les 2e classe
Les deuxième classe étant les travailleurs et les inventeurs/marchands de la société, on les retrouvent souvent avec diverses inventions artisanales et modestes sur le dos, loin d'être aussi poussé que les gadgets fournis par la communauté scientifique mais beaucoup plus stylées que ces derniers. Inspiré du mouvement steampunk pour la plupart, on les verra souvent avec de grands et amples vêtements de cuir et beaucoup d'accessoires métalliques ainsi que diverses engrenages protubérants (parfois même fixé à même la peau) ainsi que plusieurs autres accessoires associés à ce mouvement.    


La mode chez les 1ère classe
Extravaguant, étrange, intense sont tous des mots qui pourraient bien définir la mode chez les premières classes, tout aussi bien que le mot diversité. Tout les vêtements possibles et imaginables se trouvent chez les première classe; quand on a de l'argent dans cette ville, on peut tout faire. Il ne suffit que d'aller voir le bon styliste.
Ainsi, autant qu'il y aura de personnes aux habits les plus étranges qui soient, autant y aura-t-il également des gens habillés de façon plus sophistiquée ou s'inspirant de styles diverses pour bâtir leur garde-robe.


Les exceptions
La liberté d'expression étant une valeur très défendue au Man's Land, certaines personnes préfèrent tout simplement ne pas se plier à la mode et suivre leur propre style, ce qui est, à sa façon, tout aussi réputé que de suivre cette même mode. Cependant ils sont considérés comme de vrais marginaux et se dénombrent par très peu d'individus. En général, la mode des classes en général plaît à la plupart des gens.

La Communauté scientifique n'a évidemment pas de mode particulière sinon l’éternel sarrau blanc qu'ils porteront pour travailler. À la maison, ils portent souvent des vêtements à la mode de leur classe d'origine même s'ils n'en font plus partie aujourd'hui.

Le RAE porte des habits propre à l'armée presque en tout temps, gilets pare-balles, holsters et compagnie. Seuls chez soi  ou en dehors de leur travail ils portent absolument ce qu'ils veulent.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://180degreesabove.forumrpg.org
 

La mode et la culture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» culture underground
» DeviantPlus : Mode d'emploi. [FAQ]
» [REQUETE][RESOLU] Mode Haut-parleur main-libre ou mode normal grâce au proximity sensor
» Collier "Marie", perles de culture hématite
» [Collection] Fama (La Mode Nationale SEPIA)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum